> Découvrir Alençon

Commune d'Alençon

> Histoire


Alençon, histoire

Origine de la ville
De simple gué sur la Sarthe à l’époque Gallo-Romaine, Alençon apparaît comme "bourg fortifié" au début du XIe siècle avant d’être érigée en duché deux siècles plus tard.
Au XVe, la ville doit beaucoup à l’action, à la fois politique et spirituelle de Marguerite de Lorraine, veuve du duc d’Alençon.

Alençon, domaine royal
Au XVIe siècle, la ville est rattachée au domaine royal, après la mort de Marguerite de France (1492-1549) plus connue sous le nom de Marguerite de Navarre.
Sœur de François 1er, elle épouse le duc Charles IV en 1509. Elle s’installe alors dans le château d’Alençon avec son mari et sa belle-mère, Marguerite de Lorraine. La duchesse tient alors à Alençon une cour exceptionnelle où brillent les plus grands esprits du moment.


Vestiges des fortifications du chateau


Marguerite de Lorraine

Alençon et la réforme
Première ville acquise aux idées calvinistes, Alençon devient rapidement un foyer de la Réforme. Les Protestants s’emparent de la ville, saccagent les églises et interdisent le culte catholique.
Les Alençonnais réformés fuient, et immigrent vers l’Angleterre, les Pays-Bas ou les îles Anglo-Normandes.


Un savoir-faire naissant : la manufacture de dentelle
En 1665, Colbert fonde à Alençon la manufacture royale de Dentelles dont celle du très célèbre Point d’Alençon, créé à partir du Point de Venise. Alençon employa, à l’apogée de son art, plus de huit mille dentellières.






Une ville en perpétuelle évolution

Au XVIIIe siècle, la ville se développe et assiste à la naissance d’un nouveau quartier dont l’hôtel de ville est le symbole. A la Révolution, Alençon connaît ses mouvements populaires et quelques troubles religieux en 1792.

En 1811, Alençon reçoit Napoléon 1er. Le souverain décide la construction du palais de justice, inauguré en 1827.

Au cours du XIXe siècle, la ville est en plein essor industriel, l’imprimerie y est florissante. Elle sera d’ailleurs à l’origine d’un procès retentissant. Auguste Poulet-Malassis, éditeur et ami de Charles Baudelaire, est issu d’une lignée d’imprimeurs alençonnais. En 1857, il édite les Fleurs du Mal. Condamnés chacun à une amende pour outrage aux bonnes mœurs et immoralité, auteur et éditeur doivent supprimer six pièces du recueil. Balzac se servira également de son séjour à Alençon pour écrire deux romans : "La vieille fille" en 1837 et "Le cabinet des Antiques" en 1838.


En 1873, Thérèse Martin naît à Alençon. Elle deviendra Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus, plus connue sous le nom de Sainte-Thérèse de Lisieux.


Sainte-Thérèse de Lisieux

Au XXe siècle, Alençon poursuit son essor industriel et devient un des bastions de Moulinex, dont l’usine alençonnaise est créée en 1937 par Jean Mantelet, inventeur du "Moulin-Légumes".

La libération d’Alençon
Pendant la seconde guerre mondiale, Alençon subit l’occupation allemande. Le 12 août 1944, la libération de la ville par la 2e Division Blindée du Général Leclerc est l’un des épisodes de la bataille de la poche de Falaise-Mortain, contre-offensive allemande au débarquement allié de juin 1944.


Général Leclerc

Alençon, aujourd’hui : une ville qui vit en rythme avec son époque
Aujourd’hui, Préfecture de l’Orne, en région Basse-Normandie, Alençon compte plus de 30 000 habitants et constitue la ville centre de la Communauté urbaine d’Alençon, comprenant 52 000 habitants. Epargnée par les bombardements de 1944, Alençon est une ville à taille humaine et au cadre de vie privilégié. La dentelle au Point d’Alençon, désormais symbole d’excellence et d’image, guide Alençon dans la définition de son avenir : le pôle de plasturgie, les infrastructures haut débit, la préservation du patrimoine et de l’environnement.


La rue aux Sieurs

En savoir plus :
- Pour être incollable sur l’histoire de la ville
Le Dictionnaire des rues et monuments d’Alençon, de Alain Champion, ancien archiviste de la Ville, illustré d’aquarelles. En vente en librairie, à l’Office de Tourisme du Pays d’Alençon, à la médiathèque.
- Visites thématiques sur Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus, la Libération d’Alençon, l’imprimerie…
Contact à l’Office de Tourisme du Pays d’Alençon

Contact :
Archives Municipales de la Ville d’Alençon
Ilot Aveline
15 rue Jullien
Tél. : 02 33 32 89 15

.